Les danses du « bourou » et de » Kolonkolon » de la commune de Degnekoro valorisées dans la caravane culturelle du Banico

_MG_7781

L’ONG Instruments for Africa (I4Africa) continue sa tournée dans le Banico. Dans la commune de Degnekoro où elle a posé ses valises le 26 décembre 2018, I4Africa est allé voir cette commune connue autrefois comme la cité la plus conservatrice des traditions et cultures du Banico. L’activité économique principale à Degnekoro reste encore aujourd’hui l’agriculture avec la culture du coton, mil, maïs, patate… Dans le cadre de la caravane culturelle du Banico, deux troupes traditionnelles ont été mises à l’honneur à Degnekoro : le bourou et le Kolonkolon.

Bourou ou la corne percée est un instrument traditionnel très ancien à Degnekoro qui existe depuis l’installation des hommes sur le site du village. A Degnekoro, le bourou est joué uniquement dans le quartier de « Minokola ». La troupe de « bourou » est constituée de 9 personnes dont sept munis chacun d’un bourou et les deux autres d’un tam-tam. Ce qu’il faut savoir, c’est que le bourou est fabriqué avec les cornes du cerf qui est un animal très rare dans le Banico.  Les tam-tams sont du même modèle qu’un tam-tam ordinaire fait avec le tronc d’un arbre troué dont l’extrémité en forme circulaire est recouverte de peaux d’animales. Dans le Degnekoro, le bourou est joué à divers moments comme l’annonce des bonnes et mauvaises nouvelles (décès, réconciliations entre les mariés ou les villages en conflit, les cérémonies…) « Mais il est généralement joué lors des fêtes », explique un des membres de la troupe. Le bourou n’a pas de secret pour les femmes de Minokola car elles aussi peuvent le jouer à condition qu’elles soient initiées. Pour Bah MARIKO, joueur du boruou « tant que ces instruments existent dans le quartier, il aura toujours des personnes pour enseigner la nouvelle génération ». Pendant la cérémonie du bourou les membres de la troupe danse ensemble en formant un cercle.

Lors de cette même caravane dans la commune de Degnekoro, une autre troupe traditionnelle a également prestée devant un public de 1000 personnes venues pour l’occasion : le « Kolonkolon » qui signifie la danse en tourbillon. C’est une troupe traditionnelle très réputée aussi dans la commune. La troupe est composée de cinq personnes dont deux chanteuses. La danse de Kolonkolon est particulière.  Les trois autres membres de la troupe ont chacun un instrument. Ce sont le Badiami qui est le grand tam-tam, le Bani le tam-tam moyen et N’Tioun le petit tam-tam, tous fabriqués par les forgerons du village. Selon Boua DEMBELE chef de village de Nianadougou Sirakoro « auparavant, à chaque événement, le kolonkolon était les premiers instruments joués pour souhaiter les bienvenus aux rois, mais, aujourd’hui c’est pour la distraction totale de la population. C’est pourquoi, aujourd’hui on joue partout et dans les cérémonies ». Dans la commune de Degnekoro, on trouve le kolonkolon dans deux villages (Nianadougou Sirakoro et N’Tion). « Le kolonkolon est une danse des hommes dynamiques, habiles, forts et courageux. Malheureusement aujourd’hui, les enfants refusent de l’apprendre » conclu-t-il.

Laisser une réponse

WhatsApp chat